News et rapports

image        Communiqué de presse

 

 

Contact :

Terex Cranes Global Marketing

Press & Public Relations

E-mail: info.cranes@terex.com

 

  

terex liÉ à jamais à l'épopÉe des navettes spatiales

La Terex® CC 2800-1, grue principale pour manipuler les navettes Discovery et Enterprise

  

 

Washington, USA, 6 Juin 2012 – La navette spatiale Discovery tire sa révérence au bout d'un voyage de 241 millions de kilomètres qui se termine à l'aéroport international Dulles de Washington. Lancée pour la première fois le 30 août 1984, Discovery a effectué avec brio 39 missions spatiales sur plus de 27 ans de bons et loyaux services. Il s’agit de la navette cumulant le plus grand nombre de vols parmi la flotte spatiale de la NASA.

Le 17 avril 2012, Discovery effectuait son dernier voyage, arrimée au dos d'un Boeing 747 modifié, le Shuttle Aircraft Carrier (SAC), à grand renfort de spectateurs et de médias locaux, nationaux et internationaux. Ce dernier vol ainsi que la place de la navette dans l’histoire de l'exploration spatiale ont concentré toutes les attentions.

Rompue et roussie par ses nombreuses missions, Discovery est venue remplacer la navette spatiale prototype Enterprise abritée dans le hangar spatial James S. McDonnell du Steven F. Udvar-Hazy Center, annexe de la Smithsonian Institution (Virginie). Avant de pouvoir être tractée de Dulles vers sa destination finale, il a d'abord fallu hisser Discovery pour permettre le dégagement du Boeing porteur et sortir une dernière fois son train d'atterrissage pour déposer la navette au sol.

Mais comment dissocier la navette de son 747 SAC en-dehors du cadre d'un centre spatial ? C’est bien là que prend fin la couverture médiatique pour laisser place au travail de la société J. F. Lomma, Inc, South Kearny, N.J., et de la grue Terex ® CC 2800-1.

Manœuvres historiques

C'est dans les dernières heures du jeudi 19 avril 2012, jusqu'aux premières lueurs du vendredi 20 avril, que les équipes des sociétés Lomma et United Space Alliance ont méthodiquement libéré la navette de 89 085 kg du Boeing 747 SAC. « Impossible de décrire cette sensation : nous faisions partie de l'histoire des navettes spatiales ! » relate Frank Signorelli, directeur des opérations chez J.F. Lomma, Inc. Une expérience également jugée « unique en son genre » par Josh Barnett, agent de service sur site pour Terex Cranes, présent sur place pour assister Lomma lors des opérations de levage.

Desservant le secteur du New Jersey et de New York, mais également quelques marchés d'un bout à l'autre du pays et certains marchés internationaux, Lomma a sans conteste eu sa part de chantiers historiques. La société participe par exemple aux travaux de construction du World Trade Center, toujours en cours aujourd'hui, en fournissant des prestations de levage et de manutention.

Pour Lomma, l'aventure a débuté il y a deux ans, lorsque les dirigeants de la société ont envisagé de répondre à l'appel d'offres. Le cahier des charges de la NASA était très strict quant à l'équipement requis pour les opérations. « La Terex CC 2800-1 en tant que grue principale sur cette mission, ainsi que toutes les autres grues secondaires et autres équipements auxiliaires étaient nommément désignés dans l'appel d'offre, » se souvient Signorelli.

Ces exigences ciblées résultent d'une expérience de la NASA pour des manœuvres sur navette avec une grue identique, voilà quelques dizaines d'années de cela. Lorsque le 747 SAC achemine la navette spatiale ailleurs que vers un centre spatial, un équipement de levage et de manutention doit intervenir. « Ces missions sont plutôt rares, puisque la NASA dispose d'une procédure de détachement de la navette sur chacun de ses centres spatiaux, » explique Barnett.

Au début des années 1990, la NASA a été confrontée à une opération de détachement d'une navette de son porteur 747 SAC. Son choix s'était alors porté sur une marque du groupe Terex. « La grue principale sur ce projet était une Demag 2800 sur chenilles, » relate Jim Creek, directeur de district pour Terex Cranes. « Cette grue a rempli avec brio de nombreuses missions pour la NASA. »

Engins phares de la gamme des grues sur chenilles Terex, la CC 2800-1 et son prédécesseur, la CC 2800, œuvrent sur les chantiers du monde entier depuis plus de 20 ans. La CC 2800-1 offre une capacité de 600 tonnes à 10 m de rayon, des caractéristiques plus que suffisantes pour manipuler le poids de la navette Discovery.

Les capacités de levage peuvent être renforcées par une flèche de 60 m de longueur au maximum et un équipement Superlift à portée variable jusqu'à 30,5 m. « L'équipement Superlift permet d'augmenter le contrepoids de 1,8 à 272 t sur le chariot, pour une capacité de levage supérieure a une portée plus importante, » relate Creek.

Forte d'une vaste expérience et disposant de l'équipement requis, la société Lomma s'est vue attribuer ce projet hors du commun. Il s'agissait non pas d'une, mais de deux opérations de levage de navettes. La première opération concernait le levage de la navette spatiale Discovery pour la détacher du porteur 747 SAC et pouvoir l'acheminer ensuite vers le Musée Smithsonian. La seconde opération consistait à charger la navette spatiale Enterprise sur le porteur, pour un vol à destination de l'aéroport international J.F. Kennedy de New-York.

Lomma s'est préparé durant quasiment trois mois pour cette mission. « Nous étions en conférence téléphonique avec la NASA deux fois par semaine, » relate Signorelli. « Les communications entre notre société et la NASA étaient fréquentes et rigoureuses. »

Lomma a fait l'acquisition de la CC 2800-1 utilisée sur cette mission deux ans auparavant. Elle était alors en location sur le chantier d'un client à Québec. A son retour dans le parc de location, la grue a été remontée pour s'assurer de la présence des composants requis pour les opérations. « Nous avons fait tourner la grue dans notre parc, » explique Signorelli. « L'écran d'ordinateur (IC-1) est extrêmement convivial et intuitif. Cette grue est réellement facile à manipuler. »

Après quelques essais concluants sur son site, Lomma a procédé au démontage de la grue et à l'expédition des composants sur le chantier. Les équipes de Lomma ont passé trois jours sur l'aéroport de Dulles pour monter la CC 2800-1 et un quatrième pour effectuer des essais de levage et s'assurer que tout se passerait sans accroc.

Sécurité et précision

Au moment de passer aux choses concrètes, tout était parfaitement huilé. « La NASA avait fait l'ensemble des marquages au sol - le positionnement de la grue Terex, de la grue auxiliaire et du 747, » explique Signorelli.

La grue sur chenilles CC 2800-1 était équipée d'une flèche principale de 53,9 m et d'un mât Superlift de 29,9 m. Lomma a utilisé 159 665 kg de contrepoids principal, sans aucun lest central. Un contrepoids Superlift de 124 738 kg a été ajouté au chariot à 15,2 m de la base de la grue. « En temps normal, une telle opération de levage nécessite seulement 99 790 kg de contrepoids Superlift, mais la NASA a imposé un facteur de sécurité additionnel, impliquant ces 24 947,58 kg supplémentaires sur le panier, » explique Barnett.

De telles contraintes de sécurité tenaient du fait que le personnel devait travailler directement sous la charge pour libérer la navette du 747 SAC. Comme le mentionne Signorelli, « La NASA a exigé une réduction de 75% par rapport aux abaques standard de la grue, déjà minorés à 85% de sa capacité, ce qui correspond à un facteur de sécurité considérable ».

Lomma et United Space Alliance ont débuté les opérations de détachement de la navette au courant de la nuit, lorsque les activités de l'aéroport et les vents sont à l'accalmie. Le 747 SAC, la grue auxiliaire affectée au levage de l'avant de la navette et la CC 2800-1 chargée du levage de la partie arrière, la plus lourde, étaient tous positionnés selon l'implantation prévue par la NASA.

Les ingénieurs de la NASA ont utilisés les calculs issus de l’ordinateur IC-1 de la CC 2800-1 pour projeter la position finale de la grue. « Ils avaient calculé un contact entre la navette et notre grue à une hauteur de 34,1 m, » explique Barnett, « et la distance effective sur site entre le centre de la grue et le crochet fut de 34,1 m. Ils étaient impressionnés par la précision de l'ordinateur IC-1. »

L'opération de détachement fut lancée, avec lenteur et précision. D'abord le déplacement puis le transfert du poids sur les grues, au fur et à mesure du retrait des consoles d’arrimage de la navette et du porteur. Une fois la navette hissée à bonne distance du porteur, celui-ci fut dégagé de sous la navette par une remorque. La navette put ensuite être abaissée jusqu'à quelques mètres du sol et un groupe hydraulique auxiliaire put sortir une dernière fois le train d'atterrissage, avant que les grues ne déposent la navette au sol.

« Cette opération de détachement a largement été facilitée par les mouvements subtiles du système hydraulique de la CC 2800-1, » témoigne Barnett. « Si l'équipe demandait un mouvement de seulement 12,7 mm, la grue était en mesure de l’exécuter. »

Quelques jours plus tard, Discovery a été tractée jusqu'au Musée Smithsonian, où elle est venue remplacer la navette spatiale Enterprise, exposée dans le hangar spatial James S. McDonnell depuis 2003. ll a donc fallu réitérer les opérations de hissage, pour pouvoir acheminer l'Enterprise vers sa destination finale à New York.

Enterprise au fil de l'Hudson

Une semaine après avoir libéré Discovery, l'équipe de Lomma était de retour à Dulles, cette fois pour exécuter le processus inverse et hisser l'Enterprise sur le 747 SAC. Avec en mémoire la première mission menée à bien, la seconde opération consacrée à l'Enterprise fut menée aussi rondement que pour la Discovery. « En fait, Enterprise était nettement plus légère que Discovery, cela n'a donc posé aucun problème, » se souvient Signorelli.

Rappelons un fait du programme spatial, peu connu, mais pourtant crucial : Enterprise n'a jamais fait de vol dans l'espace. Construite au milieu des années 1970, ce prototype fut destiné aux essais pour la conception de la navette spatiale finale. Les ingénieurs de la NASA l'ont utilisée pour une série de vols expérimentaux et de simulation d'atterrissage, afin de confirmer la validité du concept. Initialement prévue pour une mise en orbite par la NASA, Enterprise a finalement été maintenue au sol suite à de nombreuses modifications dans la conception de la navette finale.

La navette Enterprise, arrimée au dos du 747 SAC, a décollé de Dulles le 27 avril dernier, vers sa destination finale à New York City où elle a atterri à l'aéroport international de JFK. Pendant ce temps, les composants de la grue CC 2800-1 étaient démontés et chargés sur des camions et semi-remorques faisant route vers New York. Parvenus à JFK, la grue fut remontée et soumise à des essais qui devaient la déclarer prête à une nouvelle opération de détachement.

Initialement prévu pour la matinée du lundi 14 mai, le détachement de l'Enterprise fut décalé en raison d'une météo défavorable. « On annonçait des vents proches de la limite des 16 km/h de la NASA, limite au-delà de laquelle le détachement de la navette ne pouvait avoir lieu, » relate Signorelli.

La CC 2800-1 était certes configurée pour assurer un détachement de la navette avec des vents jusqu'à 40 kmph, mais les seuils venteux plus sévères de la NASA ont néanmoins été respectés. « Il a donc fallu retarder le détachement de deux jours, jusqu'au samedi 12 mai, » ajoute-t-il.

Avec des conditions météo claires et des vitesses de vent à la limite des seuils de la NASA, Lomma pu entamer les opérations juste avant minuit. A l'instar du projet Discovery à Dulles, une planification minutieuse et une communication de chaque instant ont permis d'exécuter cette mission avec brio.

A 07h00 du matin, dimanche 13 mai, l'Enterprise était chargée sur un véhicule de transport spécial et acheminée dans un hangar de JFK. Elle embarquera début juin pour un voyage de trois jours sur le fleuve Hudson. Sa destination finale : le Intrepid Sea, Air and Space Museum de New York City.

« Ecrire un bout de cette histoire, c'est tout simplement incroyable, » témoigne Signorelli. « J'ai pu partager cette aventure avec mes enfants qui pourront à leur tour la raconter à mes petits-enfants. »

À propos de la grue sur chenilles Terex® CC 2800-1

La polyvalence des grues à chenilles Terex transparaît dans la vaste gamme de modèles disponibles, incluant des grues à chenilles à mât treillis, telles que la CC 2800-1, des camions grues à mât treillis, des porteurs à châssis étroits et des grues sur piédestal. Le concept modulaire est propice aux configurations les plus diverses, pour adapter la grue aux contraintes spécifiques de chaque chantier.

La CC 2800-1 offre une capacité de levage de 600 tonnes à 10 m de rayon et des capacités de levage exceptionnelles sur l'ensemble de sa cinématique de travail. Son rayon Superlift variable augmente les capacités de levage à des distances plus éloignées de la base de la grue. De multiples configurations de flèche, telles que les extensions de flèche, flèche relevable, kit éolienne, flèche « vessel-lift » et autres modules permettent d'accroitre la polyvalence de la grue.

Le transport est facilité par le concept unique de flèche ouverte de la CC 2800-1. La hauteur sur remorque des éléments de section rectangulaire est moins importante qu’avec des flèches concurrentes et l'absence de traverses internes permet de loger les sections inférieures dans les sections plus larges. Cette caractéristique permet de réduire le nombre de remorques requises pour le transport. La CC 2800-1 peut être équipée du système exclusif de protection contre les chutes Terex ®, lauréat du prix Sécurité ESTA 2012. Ce système est garant d'une sécurité accrue lors du montage des segments de flèches.

Le système de commande novateur IC-1 comprend un écran tactile avec symboles graphiques intuitifs pour une manipulation aisée. L'entraînement exclusif quadro sur demande améliore la stabilité opérationnelle et permet le déplacement et la rotation de la base à pleine charge, pour une polyvalence encore supérieure sur site.

À propos de J. F. Lomma, Inc.

James Lomma a fondé J. F. Lomma, Inc. en 1975 avec un camion et une remorque. Mais sa vision portait bien au-delà d'une société avec un unique conducteur de camion. Au fil des années, il s'est investi dans le secteur des ventes et a pu étendre ses activités liées aux camions en y ajoutant les transports spéciaux pour composants de dimensions hors normes, des équipements lourds aux avions. Le développement de la société lui a permis de fonder un département Manutention, consacré au déchargement et à l'assemblage des composants transportés par la société. L'achat d'une société de grues en 1996 a porté J. F. Lomma sur la scène des prestations de levage, en complément des activités de transport et de manutention.

Aujourd'hui, J. F. Lomma est le premier fournisseur de grues, de transport lourd, de manutention et de services de transport dans tout le nord est du pays. Avec un parc en pleine expansion, dépassant déjà les 355 grues, la société propose des services de levage répondant à quasiment tous les besoins. Elle est également une des maisons de location de grues les plus réputées sur la côte est. Son panel de clients est en constante progression, à travers l'ensemble des Etats-Unis, mais aussi au Canada et dans les Caraibes.

Avec une croissance considérable au fil des années, pour offrir des prestations plus étendues au service d'une clientèle toujours plus variée, James Lomma n'a jamais oublié ses racines et la société se fait fort de proposer des services personnalisés pour chacun de ses clients. « M. Lomma a su ouvrir son cœur à l'industrie, à ses clients, à sa société et à l'ensemble de ses employés, » témoigne Signorelli, un employé de 24 ans de J.F. Lomma. « C'est avec une telle approche que nous sommes parvenus à avoir un tel succès.»

J. F. Lomma, Inc. peut être contacté a info@jflommainc.com.

 

À propos de Terex

Constructeur de renommée mondiale d'une vaste gamme d'équipements, Terex Corporation a su se diversifier en visant un seul objectif : fournir des solutions fiables adaptées aux exigences des clients, pour les secteurs les plus divers tels que la construction, les infrastructures, les carrières, l'exploitation minière, le transport maritime, le transport, le raffinage, les énergies, les services publics et l’industrie manufacturière. Terex est présent dans cinq secteurs d'activité: Aerial Work Platforms (Nacelles), Construction (la Construction), Cranes (les grues mobiles), Material Handling & Port Solutions (solutions dans le domaine portuaire et la manutention portuaire) et Materials Processing (traitement des matériaux).Terex offre des produits et des services financiers pour faciliter l’acquisition de matériel grâce à Terex ‘Financial Services’.

Pour de plus amples informations, consultez le site Internet www.terex.com

\\terex.local\zwb.zweibrueckenuserdata\soeren.preissler\Desktop\PR fürs Web\6.6\Discovery_Dulles Airport_32_small.jpg

\\terex.local\zwb.zweibrueckenuserdata\soeren.preissler\Desktop\PR fürs Web\6.6\Discovery_Dulles Airport_53_small.jpg

\\terex.local\zwb.zweibrueckenuserdata\soeren.preissler\Desktop\PR fürs Web\6.6\Discovery_Dulles Airport_76_small.jpg

\\terex.local\zwb.zweibrueckenuserdata\soeren.preissler\Desktop\PR fürs Web\6.6\Terex_Enterprise-JFK_120513_230.jpg

\\terex.local\zwb.zweibrueckenuserdata\soeren.preissler\Desktop\PR fürs Web\6.6\Terex_Enterprise-JFK_120513_315.jpg

\\terex.local\zwb.zweibrueckenuserdata\soeren.preissler\Desktop\PR fürs Web\6.6\Terex_Enterprise-JFK_120513_459.jpg

<< News et rapports